Modernisme et surréalisme dans les années 30

11 Mar

La décennie 1929-1939 a été marquée par le krach boursier de New York survenu en 1929 qui bouleversa l’économie mondiale. Récession et chômage étaient donc au cœur de la réalité des années 30. Conformément à cette période de pénurie, la mode se fait épurée, simple et pratique.

Étiquette de vêtements Chanel, 1930.


Les vêtements
L’allure garçonne des années 20 s’assouplit. Dans les années 30, la silhouette est encore élancée, mais la poitrine est davantage mise en valeur et la taille remonte à sa hauteur normale. Les robes longues reviennent à la mode. Les cheveux sont un peu plus longs et légèrement ondulés.  L’ensemble du look féminin est épuré, comme on le verra souvent dans l’histoire lors des périodes de crise économique. Le vêtement de sport fait son apparition, notamment le pull et les vêtements de plage. La designer Elsa Schiaparelli débute d’ailleurs sa carrière en dessinant des vêtements de sport. Les épaules carrées et la taille cintrée sont également des éléments clefs des années 1930.

Robe du soir, Madeleine Vionnet, 1932.

Les designers
Gabrielle Chanel, qui avait déjà commencé à faire sa marque sur la mode dans les années 20, est la designer emblématique des années 30 grâce à son interprétation du modernisme.

Ensemble de jour, Chanel, 1928.

Madeleine Vionnet continue elle aussi d’influencer fortement la mode de cette époque.

Robe, Madeleine Vionnet, 1936.

Mais c’est la nouvelle venue Elsa Schiaparelli qui transforme véritablement le vêtement de cette décennie.

Ensemble de plage, Schiaparelli, 1930.

Les années 30 sont donc dominées par trois femmes designers: Chanel, Vionnet et Schiaparelli. Cette domination féminine commence déjà à être menacée lorsque l’espagnol Cristobal Balenciaga ouvre sa maison de couture parisienne en 1937. Toutefois, Balenciaga laissera surtout sa trace sur la haute couture des années 50.

Les courants artistiques
La mode est souvent influencée par l’art, et les années 30 ne font pas exception. Elsa Schiaparelli est la styliste qui collabore le plus avec les artistes. Elle sera particulièrement influencée par le surréalisme et le dadaïsme. Elle imprimera des dessins de Salvador Dali et de Jean Cocteau sur ses robes. Une de ses créations les plus célèbres, le chapeau-chaussure, a été créée en collaboration avec Dali en 1937. Le chapeau avait la forme d’un soulier à talon haut féminin posé à l’envers. À l’hiver 2010, le détaillant britannique Liberty a recruté Manolo Blanhik et  Stephen Jones pour créer une nouvelle version du chapeau-chaussure qui a été vendu aux enchères sur le site Internet eBay pour plus de 1 300$.

La création originale d'Elsa Schiaparelli en 1937.

Le chapeau-chaussure revisité par Manolo Blahnik et Stephen Jones pour Liberty en 2010.

Le cinéma américain exerce aussi une forte influence sur la mode. Les actrices holywoodiennes Marlene Dietrich et Greta Garbo sont les icônes de style de cette décennie. Après le succès du film Le Chanteur de Jazz de 1927, le cinéma parlant est en voie de devenir un divertissement de masse de premier plan et toutes les femmes souhaitent s’habiller comme des vedettes.

L'actrice Marlene Dietrich.

Il est aussi intéressant de noter que les années 30 sont l’âge d’or de la photographe de mode. La photo prend de plus en plus d’importance et en vient à remplacer tout à fait le dessin d’illustration de mode. En 1932, le photographe Edward Steichen «signe» la première page couverture couleur du magazine Vogue. Dans les années 30, c’est le photographe Georges Hoyningen-Huene qui occupe le devant de la scène dans ce domaine. Il collabore avec Vogue et Harper’s Bazaar, les plus importants magazines de photos de mode. Hoyningen-Huene développe une esthétique néo-classique inspirée de la statuaire grecque hellénistique. Il met de l’avant la représentation du mouvement et ainsi apprécie tout particulièrement travailler avec les vêtements de Madeleine Vionnet, riches en drapés de tous genres.

Photo par Hoyningen-Huene pour Vogue en 1931. Robe de Madeleine Vionnet.

Pour s’imprégner de l’ambiance des années 30, il faut absolument voir le très drôle et extrêmement pertinent Modern Times de Charlie Chaplin. Il s’agit d’une satire du chômage et des conditions de travail de l’époque. Autre excellent film qui dépeint l’époque de la grande dépression: The Grapes of Wrath (tiré du roman du même nom de John Steinbeck). Le film relate l’épopée d’une famille de fermiers de l’Oklahoma, chassés de leur terre qui voyagent jusqu’en Californie dans l’espoir de trouver du travail. En 1941, le film fut récipiendaire de l’oscar du meilleur réalisateur (John Ford) et en nomination pour le meilleur film.

Les acteurs du film The Grapes of Wrath.

Photos tirées du livre Fashion, les collections du Kyoto Costume Institute, Une histoire de la mode du XVIIIe au XXe siècle, Taschen.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :