Balenciaga, itinéraire d’un visionnaire

22 Mar

Cristóbal Balenciaga est très certainement le couturier le plus admiré de son époque. Son enseignement sur la confection des vêtements se reflète encore aujourd’hui dans le travail des créateurs de mode contemporains. C’est justement cette image du couturier que nous présente le film « Balenciaga, itinéraire d’un visionnaire », projeté au festival international du film sur l’art de Montréal. Cristóbal Balenciaga y est dépeint comme un visionnaire; un homme en avance sur son temps, qui a réussi à laisser sa marque sur toute une industrie.

En 50 ans de carrière, Cristóbal Balenciaga n’a jamais accordé une seule entrevue médiatique. Le réalisateur du film, Oskar Tejedor, n’a donc pas pu utiliser des images d’archives pour le faire témoigner, ni le ramener à la vie… Il rassemble plutôt des gens qui ont côtoyé le créateur et les invite à nous parler de ce qu’ils connaissent de Balenciaga, de ce qu’ils ont vécu à ses côtés.

Ce que l’on sait de Balenciaga aujourd’hui nous a évidemment été transmis par la bouche de ceux qui l’ont côtoyé au fil les années, où encore de ceux qui ont étudié sa création.

Dans le documentaire, on peut entendre par exemple des couturiers de renom, notamment Hubert de Givenchy, qui a longtemps travaillé avec Balenciaga, Emmanuel Ungaro et Oscar de la Renta, qui l’ont aussi côtoyé. Des employées à la vente au détail et des mannequins sont aussi interpellées. Des sociologues et des historiens de la mode sont également invités à analyser sa création.

Parallèlement aux témoignages, le disciple de Balenciaga, Juan Ma Emilas, confectionne un tailleur emblématique de la marque, présenté pour la première fois en 1954, pour une femme dont la mère ne vivait que pour les créations issues des mains du couturier. À travers ce processus, une sorte de fil conducteur au film, la technique que Cristóbal Balenciaga employait est présentée au spectateur.

Cristóbal Balenciaga a trôné au sommet de la Haute Couture des années 50 et 60. Il était surtout apprécié des femmes influentes de la société. Les femmes de pouvoir, des familles bourgeoises et aristocrates, étaient celles qui portaient ses créations.

Les défilés de Balanciaga duraient jusqu'à 2 heures. 10 mannequins défilaient 30 modèles, pour un grand total de 300 sorties.

La mort de Cristóbal Balenciaga en 1972 a ébranlé le monde de la Haute Couture, tout comme la fermeture de sa maison, quatre ans plus tôt. En 1968, il a brutalement mis fin à sa carrière. Lorsque le prêt-à-porter s’est progressivement imposé et l’a emporté sur le travail de la Haute Couture, il y a vu le signe qu’il fallait arrêter.

Pour voir un extrait du film, doublé en espagnol, cliquez sur la vidéo ci-dessous.

Vous pouvez également voir le créateur à l’oeuvre lors d’une séance d’essayage en cliquant cette fois sur cette vidéo muette.

Le film « Balenciaga, itinéraire d’un visionnaire » sera présenté une dernière fois au Festival International du Film sur l’Art le dimanche 27 mars à 13h30 au Musée des beaux-arts de Montréal. Cliquez ici pour plus d’information.

Quelques créations du couturier:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :