De la cravate au noeud papillon ?

2 Juil

L’élégance s’incarne parfois dans des accessoires qui en deviennent les symboles. Le nœud papillon et sa cousine la cravate ont traversé les époques et les modes. Leurs origines sont communes, bien que de récentes découvertes portent à croire qu’elles proviendraient de cultures bien distinctes.

Texte: Rachel Nadon

Cliquez ici pour écouter notre chronique à l’émission du juin 2011
(à partir de 13min30)

Les sources se font rares et il est difficile de reconstituer l’histoire de ces accessoires avant les 16 et 17 siècles. Le nœud papillon aurait ses racines dans la culture asiatique. Plusieurs statues du tombeau de l’empereur chinois Quin Shi Huangdi, qui datent de plus de 200 ans avant Jésus-Christ, portent autour du cou un nœud qui pourrait être considéré comme l’ancêtre du nœud papillon.

Quant à la cravate, certains textes anciens feraient remonter au siècle de Clovis, le premier roi de France, ses origines. Officiellement, celle-ci a fait son entrée dans le monde de la mode grâce aux cavaliers croates. Ceux-ci ont servi dans un régiment que l’on nommait «Royal-Cravate» sous Louis XIII et Louis XIV. Le mot cravate est une francisation du mot «Hrvat», mot croate qui signifie «Croate». Le mot aurait ensuite dérivé en «krvat», puis «cravate». Rapidement, la cravate est devenue un indispensable à la cour de Versailles.

Le siècle de Louis XIV est celui où la parure masculine connaît son baptême officiel. Le nœud papillon et la cravate sont popularisés à cette époque, qui voit par conséquent le métier de cravatier apparaître. Le nœud papillon et la cravate vont dès ce moment évoluer en ensemble, le premier étant le nœud qui forme la base de la seconde. Leur fonction est claire : distinguer la noblesse du peuple et démontrer l’élégance de celui qui le porte.

Ces accessoires masculins n’ont pas toujours eu la forme qu’on leur connaît aujourd’hui. Au début du XIXe siècle, la mode est au stock, un accessoire au croisement du foulard et de la cravate. On doit l’enrouler plusieurs fois autour du cou et on le noue au-devant, les pans ne retombant pas sur la chemise.

Le père spirituel du dandysme, George Bryan Brummell dit Beau Brummel, arbore fièrement ce symbole de l’élégance anglaise. Le stock encercle le cou et donne une impression de raideur dans la posture.

Les artistes comme Mallarmé ou Baudelaire vont lui préférer la lavallière, une boucle souple et volumineuse qui se porte avec nonchalance. Si au commencement il n’y a que le nœud, il devient papillon en France en 1904. Il est nommé ainsi en l’honneur de «Madame Butterfly» l’opéra de Puccini. D’Oscar Wilde à James Bond, le nœud papillon est l’allié du dandy et le symbole de l’élégance. C’est dans ces années que l’histoire intime entre la cravate et le nœud papillon va cesser, les deux acquérant chacun leur identité propre.

Publicités

Une Réponse to “De la cravate au noeud papillon ?”

  1. Cravate 04/08/2011 à 10:45 #

    4 à 5 siècles d’existence et toujours d’actualité! Vivement ce week end , que je fasse tomber la cravate!
    Merci pour ce tour d’horizon!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :