L’histoire du sous-vêtement

19 Août

De la feuille de vigne au bout de tissu qu’on connaît aujourd’hui, le sous-vêtement a beaucoup évolué. Il n’a pas toujours existé non plus. Voici l’histoire des dessous.

Les premiers êtres humains étaient tout simplement dénudés. C’est par la suite que le sous-vêtement a fait son apparition, pour différentes raisons.

Les utilités du sous-vêtement vont évoluer, autant que leurs formes à travers l’histoire. On le portera pour se protéger, pour se garder du froid, pour des raisons d’hygiène ou de confort, ou encore par pudeur.

Les hommes de certains peuples primitifs portaient le pagne, que l’on pourrait considérer comme l’ancêtre du string. Il s’agit d’une pièce de tissus carrée qui cache le sexe, reliée à la taille par un cordon.

D’autres peuples opteront plutôt pour l’étui pénien, un objet solide dans lequel l’homme insère son pénis. Il est lui aussi attaché à la taille.

Le mot sous-vêtement est fortement évocateur quant à sa fonction: c’est une pièce de tissu qui se porte sous les vêtements, près du corps. Dans un premier temps, on le portait afin de protéger sa peau contre des tenues faits de tissus plutôt rugueux, souvent brodés et ornementé de matériaux qui pouvaient irriter la peau.

En étant près du corps, ils auront la fonction d’absorber la sueur ou de protéger contre le froid (les sous-vêtements long, par exemple). Les deux guerres mondiales vont notamment contribuer à donner aux sous-vêtements ces fonctions utilitaires.

C’est aussi la première fonction qu’a eu le T-Shirt. À l’origine, il était destiné à être porté sous son habit. C’est au 20e siècle, toutefois, qu’il sera popularisé comme vêtement de dessus. Il sera surtout porté pour pratiquer des sports.

Dans les années 50, des acteurs comme James Dean et Marlon Brando populariseront le T-Shirt blanc comme un vêtement décontracté et sexy.

La lingerie

La lingerie est une extension du sous-vêtement. On qualifie davantage les sous-vêtements féminins de lingerie, puisque qu’au-delà de leur côté fonctionnel et pratique, ils ont aussi une très forte connotation d’érotisme et de séduction.

C’est à partir des années 60 que la lingerie commence à s’introduire aux garde-robes modernes. Déjà, dans les années 70, les modèles de sous-vêtements sont plus nombreux, les couleurs plus variées et les matières, plus fines et délicates. Dans les années 80, le côté érotique est de plus en plus omniprésent.

Dans les années 90, c’est au tour d’une lingerie masculine de faire son apparition. Des designers de vêtements proposent aux messieurs des dessous parfois transparents, d’autres fois faits en partie de dentelles, comme c’est le cas pour la lingerie féminine.

Le boxer

C’est en 1925 que l’entreprise Everlast conçoit l’un des premiers modèles de boxer. Le créateur, Jacob Golomb, cherche à améliorer la culotte que portent les hommes qui pratiquent la boxe (d’où le nom boxer). Il remplace la ceinture de cuir par une bande élastique.

Il faudra toutefois attendre les années 50 pour que le boxer comme sous-vêtement gagne en popularité. Dans les années 80, Calvin Klein en fera le sous-vêtement fétiche des jeunes hommes. Aujourd’hui, le boxer est devenu l’incontournable du sous-vêtement masculin. L’homme le privilégie pour son confort et sa qualité.

Le soutien-gorge

Les femmes de l’antiquité ont porté des bandelettes de tissus pour recouvrir leurs seins. Il s’agirait de l’ancêtre du soutien-gorge.

Selon les époques, les raisons de le porter vont changer. Parfois, ce sera pour cacher les seins, en diminuer l’apparence, comme dans l’antiquité. D’autres fois pour les relever et les mettre de l’avant, un peu comme au Moyen-Âge. Ou encore pour les soutenir, comme le veut le mot soutien-gorge.

Les bandelettes de tissus vont céder leur place dans les siècles suivants aux corsets et aux gaines.

C’est en 1913 que se dessine le soutien-gorge, comme on le connaît aujourd’hui. Mary Phelps Jacob créé un sous-vêtement qui sépare les deux seins. Elle revend par la suite son brevet à la Warner Borthers Corset Compagny. Il faudra dix avant qu’il ne gagne en popularité chez la femme.

Il faut dire qu’à l’époque, il n’était pas très confortable et rarement adaptés aux différentes morphologies féminines. Il était parfois fait de lin, plus tard de mousseline ou de soie. Plus souvent qu’autrement, des morceaux d’os ou de métal servaient également à fixer les pièces de tissus entre-elles.

Un peu plus tard, la société Warner va lui apporter ces principales modifications. Des tissus extensibles vont être créés, les bonnets de A à E vont faire leur apparition et des bretelles élastiques vont remplacer les bandes de tissus.

Faits intéressants : les soutien-gorges sont formés de 15 à 30 éléments, allant des bretelles aux ornements. Ils nécessitent souvent plus d’une quinzaine de fibres, autant naturelles que synthétiques, et prennent habituellement de 10 à 20 minutes à être assemblés.

L’industrie du sous-vêtement

Toutes les caractéristiques, les fonctions et les spécificités font du sous-vêtement l’un des morceaux les plus laborieux à concevoir pour les couturiers. Il est évidemment le morceau le plus répandu dans les garde-robes. Ceci ne se résume pas seulement au boxer et au soutien-gorge. L’appellation sous-vêtement regroupe une quarantaine de variantes, allant du string au slip, en passant par le bustier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :