Le métier de gantier

28 Août

Cette semaine à l’émission, notre chroniqueuse Rachel Nadon nous faisait découvrir le métier de gantier.


De gauche à droite: Marni, Asos, Asos, Alexander McQueen

Cliquez ici pour écouter sa chronique (à partir de 16 minutes).

Le gantier possède l’art de fabriquer les gants, incontournable accessoire des temps froids. Si la profession a décliné au début du siècle dernier avec l’industrialisation, il existe encore de ces artisans qui dessinent, taillent et coupent le cuir pour en faire de véritables œuvres d’art.  Le tailleur de gant fait depuis longtemps partie de la liste des métiers artisanaux. C’est un emploi qui exige tant une rigueur dans la coupe qu’un esprit créatif et stylistique. Le gantier procède souvent à toutes les étapes de la fabrication de la paire, puisqu’il travaille habituellement dans son propre atelier et avec une équipe très petite.

Le gantier utilise traditionnellement le cuir pour façonner ses oeuvres. Il doit ainsi choisir la peau d’animal selon le type de gant qu’il veut créer. Le cuir est  humidifié et étiré afin qu’une plus grande surface soit utilisée. Il est ensuite coupé au ciseau suivant un gabarit de carton où sont indiqués la fente des doigts et l’emplacement du pouce.


Photos: http://culture.france2.fr

La main de fer, un emporte-pièce en métal en forme main, peut aussi être utilisée pour tailler le cuir. Les différents morceaux de peau sont, dans ce cas, posé sur la main de fer et coupés à l’aide d’une presse hydraulique. Il existe une main de fer pour chaque  type de gant et pour chaque pointure.  La taille des gants s’exprime d’ailleurs toujours en pouces et demi pouces, soit du 6 ¼ au 11 pour l’adulte.

Le gantier procède ensuite à l’assemblage des différentes pièces de cuir. Celles-ci sont cousues à la machine ou brodées au métier. Les ornements sont par la suite apposés et la doublure en soie est cousue. Une fois le gant «formé»,  il est déposé sur «la main chaude», une espèce de main de mannequin chauffée. C’est l’équivalent du nettoyage à sec, mais pour les gants.


Pince de gantier, utilisée pour vérifier les coutures

Le métier de gantier est très proche de la maroquinerie. C’est un travail qui est né au Moyen Âge, et qui a connu des hauts et des bas depuis. Avec l’industrialisation, la profession a considérablement décliné. Trois villes en France sont réputées encore aujourd’hui pour leur savoir-faire ancestral: Saint-Junien dans la région du Limousin,  Grenoble où sont fabriqués les fameux gants de chevreau et Millau, située dans la région Midi-Pyrénées.  Au Québec, la profession a aussi déjà été populaire : dans les années 40, un syndicat de gantiers a vu le jour à Montréal!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :