Le velours

17 Déc

Certains tissus sont associés à une saison ou un moment de l’année. Les Fêtes évoquent sans contredit les matières chatoyantes et élégantes, dont le velours. Notre chroniqueuse Rachel Nadon en retrace l’histoire.

Boucle à cheveux en velours, American Apparel

Ce sont les Chinois qui auraient inventé la technique de tissage de velours près de 2000 ans avant notre ère, tissu qu’ils ont nommé «duvet de cygne». Avec le commerce et les échanges, la technique se répand sur le territoire qu’occupe maintenant l’Iran, la Syrie et l’Irak. Un auteur romain, Pline l’Ancien, fait d’ailleurs mention du velours dans un des ses livres. Le tissu est donc connu en Occident, mais ce n’est qu’au 12e siècle qu’il commence à y être fabriqué. L’Italie est le premier pays européen à tisser le velours. Elle sera d’ailleurs longtemps reconnue tant pour la qualité et la beauté de son velours que pour la très grande habileté de ses tisserands.

Au Moyen Age et à la Renaissance, le velours est le tissu le plus luxueux sur le marché. Il est alors confectionné uniquement à partir soie, tant pour le «fond» que pour les poils. La soie coûte alors très cher et le poil de velours nécessitent environ six fois plus de soie qu’un tissu normal. Des fils d’or et d’argent sont souvent intégrés dans la composition du textile, ce qui en fait une véritable œuvre d’art. Seuls les aristocrates peuvent se procurer ce tissu à la douceur fascinante et au coût exorbitant. Ainsi, riches princes et dignes évêques portent le velours, symbole de puissance, de richesse et même d’appartenance au monde céleste. Les anges, les saints et la Vierge Marie en sont d’ailleurs revêtus sur plusieurs peintures. Du 12e au 16e siècle, le port du velours est même règlementé. Les roturiers qui osent porter du velours étaient menacés du fouet et soumis à des amendes.

La couleur du tissu est porteur, au fil du temps, de significations particulières. Du Moyen-Age au 17e siècle, le rouge est le symbole de la puissance. A l’époque de Louis XIV, cette couleur n’est même réservée qu’au roi. Au 19e siècle, le velours noir est le symbole des artistes, qui le portent en complet, en béret ou en cape. Les hommes du monde qui veulent signifier leur intérêt pour l’art le font plutôt en le portant en veste ou en gilet.

Louis XIV dans un habit de velours rouge (à droite)

Le velours est recherché tant par les hommes que les femmes. À certaines époques, la gent masculine le portera d’ailleurs davantage que les femmes. Celles-ci, au 18e siècle, boudent le velours, mais les hommes en portent tous les jours. Le tissu était si peu populaire que Mme De Pomapadour, alors la maîtresse du roi Louis XV, ne possède que deux morceaux de velours sur plusieurs centaines. Le velours côtelé sera également, au siècle suivant, le symbole des ouvriers.

Au fil des siècles, le velours a été utilisé tant pour les habits que pour la décoration d’intérieur. Parfois coloré et à grand motif, d’autres fois uni et sombre, il est utilisé tant pour les tapis que pour les sièges. Au XXe siècle, le velours recouvre tout, des fauteuils de l’Orient Express aux pieds de lampe en bronze.

SOURCE: Kraatz, Anne, Velours, Paris, Adam Biro, 1995.

Robe Christian Dior en velours, 1957

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :