Semaine de mode d’Ottawa

26 Fév

La Semaine de mode d’Ottawa s’est terminée dimanche, le 19 février. Pendant trois jours de défilés, 18 designers canadiens ont présenté leur collection Automne-Hiver 2012-2013.

Reportage: Daniel Blanchette Pelletier

Cliquez ici pour accéder à la version audio de la chronique (à partir de 19 minutes)

Après cinq ans, la Semaine de mode d’Ottawa commence à prendre sa place au Canada, aux côtés de Montréal, Toronto et Vancouver.

Déjà, une septième édition a été présentée la semaine dernière, à l’hôtel Westin, en plein cœur de la ville d’Ottawa. 18 designers y ont pris part, mais 65% d’entre eux ne viennent pas de la capitale canadienne. La Semaine de mode d’Ottawa est surtout composée de designers de l’Ontario ou, dans biens des cas, du Québec.

C’est le cas de la designer de !Nu.I, Vickie Joseph, qui présentait sa collection automne-hiver 2012-2013, vendredi. Vickie Joseph est une habituée de la Semaine de mode d’Ottawa, puisqu’elle en est sa troisième participation. « C’est pour aller chercher une nouvelle clientèle, qui est dans le territoire ontarien », explique-t-elle.

Par le passé, Vickie Joseph a également déjà présenté deux collections à la Semaine de mode de Montréal et une autre à Boston.

Cliquez ici pour entendre Vickie Joseph au sujet de sa présentation à Ottawa

Ottawa VS Montréal

D’après Vickie Joseph, la clientèle d’Ottawa est plus réservée et parfois même plus conservatrice. « Quand tu regardes les designers d’Ottawa, dit-elle, ils sont [tout comme leurs clients] un peu plus classiques et un peu plus réservés [que ceux de Montréal]. »

Cette impression transparaît évidemment dans le choix des designers et des collections qui sont présentées à la semaine de la mode, ce qui ne l’empêche pas pour autant de progresser chaque année et d’élargir son public.

À travers les années, Vickie Joseph a vu l’évolution de la Semaine de mode d’Ottawa, qui va très bien selon elle, malgré quelques faiblesses. « Il y a place à amélioration, confirme-t-elle. C’est sûr que ça va devenir de plus en plus gros. Ça commence à paraître d’ailleurs, notamment au niveau du choix des designers et du côté de l’attention médiatique. Le côté marketing et la visibilité restent toutefois à travailler, mais c’est de mieux en mieux. »

Printemps-Été 2012 - Vickie Joseph

Comment se situe Ottawa, par rapport à Montréal ou Toronto?

Il est difficile de répondre à cette question, puisque plusieurs critères entre en jeu, que ce soit l’intégration au calendrier des semaines de mode, les designers qui y participent, l’origine de ces designers ou encore les acheteurs et des journalistes qui y participent. Ottawa reste par contre la semaine de mode la plus jeune.

Habituellement, la Semaine de mode d’Ottawa succède à celle de Montréal. Cependant, elle a lieu en même temps que la Semaine de mode de Londres. La plupart des acheteurs et des journalistes internationaux quittent donc New York pour se rendre directement à Londres, sans passer par Ottawa.

Joseph Helmer à la Semaine de mode d’Ottawa

Dimanche dernier, le designer montréalais d’origine Haïtienne Joseph Helmer présentait lui aussi un défilé. Il s’agissait de sa première participation à la Semaine de mode d’Ottawa, où il a été invité.

Cliquez ici pour entendre Joseph Helmer parler de son défilé

Il affirme que des semaines de mode, ça ne se compare pas. « Ça dépend des designers qui y participent, lance-t-il. Il y a aussi des semaines de mode qui ont plus de vitrine, d’autres pour la vente et d’autres pour voir s’il est possible de démarrer quelque chose. Est-ce qu’on peut comparer ces trois là ? Tout dépend des critères sur lesquels on se base. »

Joseph Helmer était un habitué de la Semaine de mode de Montréal, jusqu’à ce qu’il annonce en 2010 qu’il n’y participerait plus. Dorénavant, il préfère choisir les lieux où il présentera ses collections, plutôt que de les dévoiler sur la passerelle d’une semaine de mode. « Quand je ne participe pas à la semaine de mode, c’est parce qu’un mois après, j’ai une collection complète à montrer dans un autre endroit, confirme-t-il. Je valorise l’endroit où je présente ma collection ainsi que le décor, avant la semaine de mode. »

C’est d’ailleurs ce qu’il a fait à l’automne, lorsqu’il a introduit sa collection Printemps-Été 2012 dans une église. « Quand je participe à une semaine de mode, c’est plus pour monter l’esprit de la collection, puisque je fais davantage du sur mesure, du sur commande et des contrats, ajoute-t-il. C’est différent pour une personne qui a une collection prête à présenter, à commercialiser et à livrer en boutique. »

Printemps-Été 2012 - Joseph Helmer | Photo : Agnieszka Stalkoper

Pour Joseph Helmer, une participation à la semaine de la mode est une façon d’aller chercher de la visibilité, plutôt que d’augmenter les ventes.

Il a aussi une série d’autres critères qui déterminent si, oui ou non, il participera à une semaine de mode. « Quand on ne participe pas à la semaine de mode, ça ne veut pas dire qu’on ne fait rien, explique Joseph Helmer. Ça signifie qu’on a autre chose plus urgent, comme un contrat qui fait qu’on ne peut pas échelonner les deux en même temps. »

Nous avons reçu la designer de !Nu.I, Vickie Joseph, à l’émission le 6 mars.

Cliquez ici pour écouter l’entrevue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :